Vit et travaille à Saint Léonard de Noblat

Vidéos
In fine – Irresistible Fraternité – 2017
I
nterview Factory 87 – 2017
Interview Factory 87, Antony Comino – 2019

Associations
LAC&S – Lavitrine
Factory 87

Lidia Lelong a pratiqué plusieurs techniques, notamment la céramique, avant de se consacrer à la sculpture et aux installations, en recourant essentiellement au bois. Lors de ses nombreux voyages, elle a collecté un catalogue de formes, souvent empruntées à l’environnement urbain et à l’architecture, lesquelles ressurgissent dans ses travaux, transposées dans des matériaux autres que ceux du modèle initial. Dans ce processus de réappropriation, les éléments, modifiés, simplifiés, transplantés, regroupés perdent leur valeur d’usage pour s’adapter à leur nouvel environnement. Ce dépaysement altère leur rapport sensible avec le spectateur qui se trouve autorisé à circuler d’une autre façon autour d’elles, à pénétrer, du regard ou physiquement, des volumes initialement opaques et résistants, à éprouver des changements d’échelle. La couleur, choisie de façon indépendante du modèle initial, joue un rôle aussi important que celui de la forme. Elle s’en affranchit pour l’étayer en remplissant une fonction signalétique, tant pour le spectateur que pour l’artiste qui y projette ses propres souvenirs, parfois fulgurants – ce qu’elle appelle des signaux flash –, sans relation nécessaire avec son support. Cette complémentarité active et égalitaire contribue à créer une sorte de chronologie subjective qui déplace les constructions résultantes dans un univers ambigu et flou, dans lequel les relations de causalité et les principes de nécessité semblent abolis. Lidia Lelong travaille en série, variant les formes, dans un long processus manuel visant à toujours plus simplifier, épurer, distancier, tout en mettant en avant sa posture de créateur et, au-delà de son propre geste, celle du spectateur plongé, à son corps défendant, dans un univers d’incertitudes. Lidia Lelong s’exprime sur sa démarche : « Je cherche à mettre en exergue des phénomènes subtils tel que l’altérité et la présence de l’ailleurs. Une fois les pièces installées dans l’espace, elles font directement écho au lieu de leur forme originale, dévoilant ainsi une partie de leur réalité intrinsèque. »
Louis Doucet